salon du livre versant pros

auteur lauréat 2018


Interview de Jessica Lefèvre, lauréate du premier prix littéraire 2018


« 11 », édité chez Acrodacrolivres en 2017

livre lauréat 2018

Abonnement totalement gratuit
à la chaîne Youtube du Salon du Livre.


Stéphane Ternoise, pour le salon du livre du net
: - Le qualificatif "jeune romancière" vous convient ?
Jessica Lefèvre : - Oui ce terme me plait et me convient même s’il est vrai que j’écris depuis mon adolescence.
J’ai déjà la chance d’avoir publié trois livres par le biais d’Acrodacrolivres (la maison d’édition qui a cru en moi depuis le début) mais malgré tout je reste, si pas novice, débutante dans le milieu littéraire.


- 1er roman publié... avant il y eut quels livres ?
- Premier roman mais en réalité troisième livre publié après deux recueils de nouvelles (des TTC, communément appelés des « très très courts ») intitulés « Histoires de poche » et « 65 ans et plus... », parus en 2015 et 2016 aux Éditions Acrodacrolivres.


- Et d'autres textes non publiés ? Vous écrivez, dans une optique littéraire, depuis quand ?
- Je suis sans cesse en train d’écrire. J’écris partout et principalement dans les transports en commun. Dans le but d’optimiser mon temps, j’utilise mon téléphone portable comme principal support d’écriture et de ce fait, j’ai la facilité d’écrire partout, que ce soit dans le bus, dans le train ou même dans les lieux publics, la salle de cinéma en attendant le début de la séance par exemple.
L’écriture est devenue une habitude qui fait partie de ma vie quotidienne. Beaucoup de textes ont été rédigés dans un but créatif pour mettre en scène des histoires et des personnages, sans forcément penser à une publication littéraire sur un support digital ou papier. J’avais tellement de textes et d’histoires dans les fichiers de mon téléphone que j’ai décidé d’en exploiter quelques-uns pour les partager il y a de cela trois ans.


- Ecrivez-vous uniquement en français ou également en néerlandais ? Vos livres sont disponible en d'autres langue ?
- J’écris en français. Mon premier recueil de nouvelles (« Histoires de poche ») a été traduit en anglais par une traductrice et amie. Pour le moment, mon éditeur travaille sur la vente des droits de certains ouvrages à l’étranger donc peut-être que bientôt les livres seront disponibles dans d’autres langues et pourquoi pas en néerlandais !


- Vous nous racontez votre vie, entre Belgique et Pays-Bas donc ?
- Je suis Belge d’origine, ma région natale est la Gaume, dans le sud du pays à la lisière de la frontière française et luxembourgeoise. J’ai déménagé aux Pays-Bas et à Amsterdam pour le travail.
Je partage mon temps entre la Belgique (pour la promotion de mes livres et la rencontre avec les lecteurs ainsi que pour me ressourcer auprès de ma famille) et les Pays-Bas où je réside et travaille.


- Naturellement, nous sommes toutes et tous intéressés par votre quotidien, car il est la génèse de ces 11 parties : quelle est votre activité professionnelle ?
- Quand j’étais adolescente, j’étais fascinée par l’Égypte ancienne et je voulais devenir archéologue. De fil en aiguilles, je ne suis pas devenue plus terre à terre mais au lieu de fouiller des ruines antiques à la recherche de trésors, je scrute scrupuleusement des pages de comptes annuels à la recherche d’erreurs. Je suis comptable de jour et écrivaine de nuit (comme le dit si bien ma maman). J’écris dans les transports en commun qui m’emmènent au boulot. Ça me permets de me déconnecter et de me relaxer avant ou après une longue journée de travail.


- "11", donc, publié chez "Acrodacrolivres"... Pouvez-vous nous parler de cet éditeur belge ?
- Acrodacrolivres est une maison d’édition située à Tilly (dans la commune de Villers-la-Ville dans la province du Brabant Wallon, en Belgique). C’est, à mon sens, une maison d’édition qui se distingue des autres car elle est à dimension humaine et particulièrement innovante, presque entièrement portée par son fondateur Bou Bounoider et son épouse Laetitia. À eux deux, ils abattent un travail considérable et n’hésitent pas à laisser la place et la chance à des auteurs motivés et aux idées novatrices de les exprimer dans leurs écrits en les publiant et les aidant à se faire connaître. Acrodacrolivres est présente sur tous les fronts: dans le milieu de l’édition à travers les livres qu’elle publie, dans le milieu de la vente car son fondateur a ouvert une librairie conviviale (chez lui!) et vend autant les livres qu’il publie que ceux d’autres auteurs (connus ou non) d’autres maisons d’édition, et sur les salons, sillonnant les routes belges et françaises pour promouvoir ses auteurs.


- Quelles étaient vos "intentions" en vous lançant dans ce roman ?
- Émouvoir. Surprendre. Innover. Partager des textes pouvant être lus séparément mais qui, en les reliant les uns avec les autres par un fil d’Ariane, ne forment qu’un tout. Un ensemble cohérent qui traite à chaque chapitre d’un thème particulièrement fort (la violence domestique, l’amour, la perte d’un être cher, etc.) et qui me touche. J’avais ce défi d’écrire de façon plus personnelle et acérée pour que le lecteur lise ces 11 chapitres d’une seule traite, captivé du début à la fin.


- Naturellement, vous me répondrez sûrement que ce roman n'est pas autobiographique ?... ces personnages, cette présence de la mort chez une femme "aussi jeune" que vous, comment l'expliquez-vous ?
- Le roman n’est pas biographique bien qu’il traite de thèmes et/ou de faits réels que j’aurais moi-même pu vivre ou des situations auxquelles j’aurais pu être confrontée. La mort, la trahison, la peur, la jalousie sont des thèmes forts qui nous touchent tous à un moment donné, d’une façon directe ou détournée. Ce sont des thématiques choisies pour refléter l’être humain dans son ensemble, sa face sombre comme dans celle plus lumineuse.


- Peut-on vous considérer "inquiète par la mort" ?
- J’ai côtoyé la mort à de nombreuses reprises car des êtres qui me sont chers s’en sont allés mais je ne peux pas vraiment prétendre être inquiète par la mort. Je suis une adepte de ce dicton « Carpe Diem », dès lors j’essaie de profiter de ce que chaque jour a à m’offrir car demain peut ne jamais arriver. Il faut savoir vivre à fond et profiter de l’instant présent et de chaque chance qui nous est offerte pour ne rien regretter lorsque le moment de disparaître arrivera.


- Vous la voyez comment, votre vie, dans 20 ans ?
- Je n’aime pas vraiment me projeter aussi loin dans le futur mais j’espère que dans deux décennies, j’écrirai toujours autant avec cette joie et fierté de partager mes textes avec ceux qui me lisent. Pourquoi pas une expatriation dans le Sud, là où le soleil et la chaleur ne manquent pas à l’appel et qui sait, pourraient m’inspirer des histoires sous d’autres latitudes.


- Etes-vous "sur les routes", en dédicaces, promotions... Vous participez à de nombreux salons du livre ? Manifestations littéraires ?
- Oui, je suis souvent sur les routes pour partir à la rencontre de nouveaux lecteurs, via des séances de dédicaces en librairies ou en salons, en Belgique ou en France. C’est toujours un réel plaisir pour moi de partager mon expérience littéraire et mes écrits avec autrui. Les lecteurs rencontrés jusqu’à présent sont bienveillants et très chaleureux.


- Le 12 août : Montcuq en Quercy Blanc, son salon du livre... Etes-vous déjà venue dans le département du Lot ? Et aurons-nous la chance de vous y voir, recevoir ?
- Je ne suis jamais venue dans le département du Lot donc ce sera une grande première pour moi de m’y rendre et d’être parmi vous ! Je suis curieuse et à la fois j’ai hâte d’être des vôtres!


- La littérature et Internet, qu'en pensez-vous ?
- Internet est un outil utile et souvent efficace pour rencontrer d’autres auteurs et lecteurs. Il existe beaucoup de communautés différentes qui permettent aux auteurs de partager des textes et de recevoir un feed-back immédiat et instructif de la part d’un lectorat varié. C’est facile, simple et cela au moyen d’un seul clic. Internet facilite une diffusion immédiate dont l’impact peut être majeur.


- Le livre numérique ?
- Pour moi il n’y a rien de tel que tenir un livre en main, le sentir, en feuilleter les pages, pourquoi pas en écorner les bords, j’aime l’odeur du papier tout juste sorti de l’imprimerie. Donc forcément je suis une fan inconditionnelle de la version papier mais c’est vrai qu’il est impossible de ne pas s’imprégner des nouvelles technologies. La liseuse est légère (surtout pour partir en vacances) mais ne fait pas (encore) partie de mon attirail de lectrice.


- La distribution de vos livres s'effectue comment ? Où peut-on vous acheter ?
- Les livres publiés aux éditions Acrodacrolivres sont référencés et distribués en Belgique et en France. Il est possible de les retrouver en librairie ou de les commander via le site internet de la librairie du Tienne (librairiedutienne.com), via la Fnac, Decitre ou Cultura.


- Les ventes de vos livres... Vivre de vos droits d'auteurs est votre ambition ? Ou souhaitez-vous continuer une "activité annexe" ?
- Il faut rester réaliste, peu d’auteur(e)s en France comme en Belgique vivent de leurs droits et de la vente de leurs livres même si évidemment beaucoup y aspirent. Cela sera génial pour moi si cela pouvait se concrétiser un jour mais ce n’est pas le but premier que je recherche dans l’écriture et la publication. J’aime avant tout partager des histoires, des instants, des rencontres. C’est cela le mot adéquat: le partage. Donc pour le moment je partage mon temps entre l’écriture et mon métier de comptable que j’exerce à temps plein.


- Connaissez-vous, avez-vous lu, certains des précédents lauréats du salon du livre du net ?
- Pas du tout et c’est toute la beauté de ce concours annuel: faire connaissance avec des auteurs qui me sont inconnus. Découvrir et faire découvrir.


- Et la question traditionnelle : "qu'est-ce qu'un écrivain ?"
- Un conteur d’histoires.


- En racontant ses histoires, l'écrivain a-t-il un but précis ? Un message ?
- Oui évidemment. Il y a toujours un message (parfois clair ou évident, parfois plus subtil ou caché) dans chaque texte. C’est au lecteur de le décrypter et de savoir lire entre les lignes pour y accéder.


Votre avis


livre lauréat 2018

auteur lauréat 2018


Acheter ce livre sur le site de l'éditeur : - http://acrodacrolivres.com


Jessica Lefèvre :
- http://jessicalefevre.be (son site officiel)
- http://facebook.com/JessicaLefevreAuteur (Page Facebook)

livre lauréat 2018

Voir : Interview de Gérard Glatt, lauréat du prix littéraire en 2017.